Canaries: Nos péripéties avec la douane

Classé dans : Carnet 2017, Technique & Travaux | 2

Taoumé a fêté ses 10 ans de mise à l’eau l’été 2016. Nos belles voiles, fabriquées à la même époque par Vega voiles ont fait leur temps et avec plus de trente mille milles, elles ont mérité une belle retraite!
En 2016, nous avions cherché un voilier pour les faire refaire sur les Canaries mais cela s’avérait plus compliqué que prévu. Nous avions été très contents du travail de « restauration » de la grand-voile par Charlie Linton (Velas Linton) à Las Palmas mais trop débordé et n’étant plus sur Las Palmas, nous n’avions jamais eu de réponse à notre demande de devis.
De ce fait à notre retour en France, en fin d’année nous recontactons Vega Voiles afin d’étudier avec eux les possibilités de fabrication (d’autant plus qu’ils avaient toujours en leur possession les plans d’origine) et d’expédition. Jusque là, tout se passe sur des roulettes et nous prenons la décision de leur faire faire les voiles pour une livraison en février sur Fuerteventura à Gran Tarajal où nous hivernons, cette année.
Mais c’était sans compter sur les complications administratives et les problèmes de douane. Les Îles Canaries bénéficient d’un statut privilégié au niveau TVA… notre colis se retrouve bloqué en douanes à Las Palmas sur Gran Canaria… et les aller-retour en bus entre Gran Tarajal et Puerto de Rosario (la capitale) vont se multiplier.
Pour débloquer le colis, le transporteur a besoin d’un NIE (numéro d’identification d’étranger)… bref, on ne sait même pas ce que c’est mais il paraît qu’en se rendant à la police et à la douane à Puerto de Rosario, on peut l’obtenir! Rencontre avec la police et un douanier… en fait, après explications, en espagnol (si Michel a tout compris), il faut une adresse fiscale aux Îles Canaries, remplir quelques formulaires et les ramener à la police et à la douane.
Retour au bateau: recherche des imprimés NIE sur internet, impression avec tous les documents au cybercafé…pour l’adresse, on note celle de la marina, on verra bien! Le lendemain, retour sur Puerto Rosario en bus et re-coucou aux même policiers avec les papiers… super, tout est ok MAIS, car il faut toujours un mais… il faut maintenant aller dans une banque acceptant les paiements de taxes pour payer une taxe de 9,45 euros! Attendre 48 heures que le paiement soit validé et retourner à la police puis à la douane pour obtenir le NIE! Oui, oui, vous, vous croyez que tout allait s’obtenir en un tour de main!
Trois jours plus tard, nous reprenons le bus… direction et oui, Puerto Del Rosario! Et là miracle, nous obtenons le fameux sésame avec tous les tampons de la police… ne reste plus que tout faire valider à la douane!
Mais là, surprise, il faut remplir d’autres formulaires et faire d’autres photocopies… hop là, le temps de les faire… et nous voilà de retour à la douane avec le SOURIRE!
BINGO, nous repartons avec le NIE… qui ne sera enregistré que le lendemain… vu que nous sommes en fin de semaine (et en plus période de carnaval), cela reporte à la semaine prochaine… mais chaque étape nous rapproche de la réception de notre colis!
Miracle, le transporteur nous contacte, le colis a été débloqué par la douane et nous le réceptionnons 48 heures plus tard livré jusque sur la panne au cul de Taoumé… champagne!!! Il fallait juste un peu de patience et quelques aller-retours à Puerto Del Rosario!
Notre très beau cadeau de Noël arrive enfin, il ne reste plus qu’à installer la nouvelle garde-robe de Taoumé et à prendre la mer pour l’essayer!

2 Responses

  1. Coucou les amis, sympa d’avoir de vos nouvelles…je reviens vers vous avec plus de temps…pour le moment je vous envoie plein de besos
    Les princesses CH

Un petit mot de vous nous fait toujours plaisir...