Mouillages, Corps morts et Protection de l’environnement!!!

Classé dans : Carnet 2015, Divers | 2

Faux prétexte ou pas… à vous de juger!!!

Après les remous de cet hiver concernant la taxe de mouillage, et les craintes (en dehors du montant exorbitant proposé: 20€/ mètre) que celle-ci soit un moyen supplémentaire de prélever de l’argent sous couvert d’une pseudo-préservation du littoral… puisqu’en aucun cas, des moyens de protections (corps-morts) n’étaient mis en oeuvre pour la protection des fonds et les herbiers de posidonies… nous partageons les expériences que nous avons vécues ce printemps et cet été que ce soit sur la côte PACA ou Corse.

Tout en sachant, qu’il est difficile de concilier tous les partenaires se partageant ces côtes très touristiques, nous avons été surpris de quelques aménagements ou taxations très arbitraires  sans plus aucun lien avec la protection de l’environnement… plus graves, ressenties comme injustes, elles ne permettent pas d’éduquer et d’intégrer des comportements adaptés, mettant en péril tout le travail de sensibilisation fait par le Conservatoire du Littoral et les Parcs Nationaux!

Dans les Calanques de Cassis, haut-lieu protégé, Parc National, nous avons été bien étonnés de constater que des zones d’interdiction de mouillage, souvent sur fond de sable, avaient été mises en place de telle sorte que les zones autorisées se situent, en dehors des fonds de sable, dans les champs de posidonies… où, de ce fait des dizaines de bateaux mouillent tous les jours!!! Cela semble un peu contradictoire… et bien néfaste pour l’herbier de posidonies!

De plus, s’il est essentiel, autant pour les touristes de profiter de cette merveille que sont les calanques qu’économiquement pour les patrons des bateaux de promenade, nous n’avons pas très bien saisis l’intérêt d’avoir autorisé le passage incessant de ces bateaux très très prés de la côte, pénétrant à vive allure dans les mouillages, slalomant entre les bateaux mouillés au risque de provoquer des accidents et de faire, vu leur vitesse, des remous qui doivent bien perturber la faune et flore sous-marine. D’autant que pour les passagers, la vue sur les calanques est nettement plus belle à 200 ou 300 mètres de la côte plutôt que “collés” à la falaise.

Lieu très fréquenté du fait de sa beauté, même si je vais faire hurler certains, sera-t-il nécessaire un jour d’installer des corps-morts… à condition que ceux-ci soient réglementés en période estivale limitant la durée, par exemple une ou deux nuits,  pour que chacun puisse en profiter et que le paiement de la taxe de mouillage soit raisonnable pour qu’elle soit acceptée et respectée!

Ce dernier point fait bien sûr réfléchir… quand on voit la taxe de mouillage proposée cet hiver, à un tarif exorbitant et sans mise en place de corps-morts… ce qui signifie “si je paye, j’ai le droit de poser mon ancre et d’abimer l’herbier de posidonies”!!! Contre-productif pour faire évoluer les attitudes et comportements… mais en allant plus loin, c’est bien ce qui se passe au niveau des pays: certains pays “très polluants” achetant le droit de polluer à d’autres qui en font commerce!!!

Les expériences que nous avons vécues en Corse à propos des zones réglementées et des corps-morts sont quant à elle bien inquiétantes quant aux motivations réelles.

Mouillage réglementé de Calvi géré par une société privée: SARL AAE

Rade de Calvi:

bouées calviDepuis longtemps, une zone de bouées occupe une grande partie de la rade de Calvi, sans justification environnementale, puisque située sur des fonds de sable. Nous ne nous arrêtions plus à Calvi, en été, pour cette raison… et d’ailleurs nous ne sommes pas les seuls. Cette année, nous faisons une exception, car nous devons quitter des amis sur Calvi.

Un petit bulletin d’information (voir ci-dessous) nous est remis à l’arrivée… nous laissant pantois! Nous devons nous mettre sur une des bouées indiquée par le personnel, sans pouvoir contester l’emplacement mais, en contre partie, la responsabilité en cas de problème d’évitage incombe au skipper. Or, les bouées sont très serrées et nous nous retrouvons très proches d’un bateau à moteur ne tournant pas du tout de la même façon que le catamaran… bien sûr, la zone de bouées est tellement étendue qu’il paraît difficile avec notre petite annexe de faire les aller-retour à 6 avec l’avitaillement, les bagages etc….

Mais il y a encore mieux, si la nuit nous coûte 50€, le petit papier nous informe qu’au-dessus de Force 5, la tenue des bouées n’est pas garantie et donc en cas de problème, cela n’incombe pas de la responsabilité de la société qui place les bouées et récolte les fonds, mais du skipper à qui on impose de rester à bord de son bateau!!! (sic) Extraordinaire, on croit rêver! Au moins quand on met notre ancre, on connait ses qualités et ses défauts et on plonge pour en vérifier la tenue!!!

Seul point positif humain: les jeunes gens en charge de la zone sont très agréables, patients et serviables!… mais malheureusement, cela ne suffira pas pour que nous revenions, en été,à Calvi. Nous profiterons hors saison de cette belle ville quand les bouées disparaissent… et en attendant, il reste tellement de beaux endroits en Corse que nous avons de quoi faire!

Mouillage réglementé de Galeria

Nous faisons une halte un soir devant le port de Galeria car nous embarquons un équipage, le lendemain pour une balade jusqu’au Golfe de Porto.

Des bouées ont été installées devant le village. Quand nous arrivons, en fin d’après-midi, les bateaux sont mouillés sur ancre, en avant de la zone de mouillage. Nous nous apprêtons à poser notre ancre au moment où un semi-rigide se dirige vers nous. L’employé municipal à bord nous explique qu’un arrêté municipal a été pris interdisant le mouillage devant le port de Galeria pour protéger l’herbier de posidonies, ce qui se justifie… et la nuit sur bouées représente 45 euros…là, nous trouvons que c’est abusé! Nous refusons tout en justifiant que nous allons nous mouiller le long de la plage sur fond de sable. On nous rétorque que l’arrêté municipal, interdiction de mouiller sur ancre, concerne tout le golfe mais qu’en fait, ils n’ont pas la possibilité de nous empêcher de mouiller (sic)!!!

Perplexes, et ne voulant pas polémiquer, nous décidons d’aller mouiller dans la jolie baie de Crovani… mais il est toutefois bizarre de laisser en journée mouiller les bateaux sur ancre pour ne venir que le soir demander aux bateaux de se déplacer sur les bouées et de payer la nuit…. faut croire que les “pioches” n’abiment les posidonies qu’une fois le soleil couché!

Mais encore plus bizarre, à notre retour (également en fin d’après-midi), nous nous approchons du zodiac et demandons si nous pouvons nous mettre juste une heure sur une bouée, le temps de déposer notre équipage au port… et la réponse nous fait tomber à la renverse: “Pas de problème, si c’est juste pour une heure, vous n’avez qu’à mouiller sur ancre!!!”… nous nous faisons confirmer “dans l’herbier de posidonies?”  la réponse est affirmative!

Question qui reste en suspens: l’important est-il de protéger l’herbier de posidonies ou de faire rentrer de l’argent dans les caisses de la municipalité?

Pourtant d’autres communes ont su gérer protection et mouillages organisés de façon cohérente et de ce fait, ont su, plus facilement, faire adhérer les plaisanciers à ce projet.

Dans la rade d’Agay (Saint Raphaël), depuis 2004, des corps morts ont été installés pour mettre fin aux mouillages sur ancres afin de protéger le récif barrière de posidonies (seulement 4 récifs de ce type en Méditerranée). 3 zones de corps morts ont été crées dans la bande des 300m, zones de mouillage du 1er mai au 30 septembre. Le mouillage forain est autorisé au-delà des 300 m. Des services ont été installés, comme des poubelles flottantes, WC à la base nautique… et le prix reste raisonnable: pour notre catamaran, 22 euros. Résultat, devant cette démarche cohérente, les plaisanciers adhérent d’autant plus volontiers à ces contraintes et, lors de notre passage dans la rade à 2 reprises, nous nous sommes amarrées sur corps morts et non sur ancre.

Nous rentrons en France fin août et lisons avec satisfaction que la taxe de mouillages proposée par M. Giaccobi et qui avait soulevé un tollé général n’est plus à l’ordre du jour (sauf si installation de corps morts)… d’autant plus que M. Giaccobi, inculpé pour détournement de fonds en Corse, a d’autres soucis!!!

 

2 Responses

  1. catataoume

    Excellent… nous n’avions pas vu cette bulle!!! Notre oeil de marin avait lu « bimini »… et du coup, nos « bikinis » sont restés exposés au vent… au risque de perturber l’évitage de Taoumé… et encourir des sanctions!!! Hihihihi! Vaut mieux en rire!

  2. jojo

    Collector les instructions remises à Calvi… On voit que c’est rédigé par des gens de mer, j’espère que vous avez pensé à replier vos « bikinis »… dommage, à une lettre près ils restaient plus ou moins crédibles !
    On comprend mieux pourquoi plusieurs voiliers croisés aux Baléares boycottaient la Corse cette année… dommage pour tout le monde !

Un petit mot de vous nous fait toujours plaisir...