Cap Vert – Sao Nicolau

Classé dans : Cap Vert, Carnet 2018 | 0

Mercredi 28 février: De Santiago, Praia à Sao Nicolau, Preguiça

Après leur nuit dans l’aéroport de Praia, par sécurité, nos amis Agnès, Laurence, Philippe et Daniel ont rejoint Taoumé au port de pêche de Praia au petit matin. Aprés un petit tour jusqu’au « Plateau » pour prendre les derniers produits frais, nous sommes fin prêts, vers 15 heures, à quitter Praia et rejoindre Sao Nicolau, à 120 milles, au nord de Santiago.

 

 

Un petit moment d’émotion au moment de quitter Pinto et Quintino, qui nous ont accueillis dans ce port et avec qui nous avons passé de très bons moments et que nous espérons revoir prochainement!

Raie Manta

 

 

Nous remontons la côte ouest en tirant des bords avec une légère brise quand un grand remou à l’arrière de Taoumé attire notre attention, une belle raie manta semble nous suivre juste à ras de l’eau puis s’en retourne vers les profondeurs… une bien belle apparition!

 

 

 

 

Traversée longue avec alternance voile et moteurs pour ne pas se faire trop secouer par la houle de nord-ouest quand le vent devient trop faible…

 

 

 

 

Nous n’arriverons à Sao Nicolau que le lendemain vers 19 heures et sommes bien contents de poser notre ancre à PREGUICA, mouillage paisible bien à l’abri de la houle, sur fonds de sable de bonne tenue… une nuit bien paisible qui s’annonce! Petite info: le feu du cap est hors service… et vu l’état depuis longtemps.

Arrivés à la tombée de la nuit, nous découvrirons le paysage le lendemain, un tout petit village accroché au-dessus de la mer avec un petit abri pour les pêcheurs. Malheureusement, au moment de partir visiter le lendemain matin, nous nous apercevons que quelqu’un devait avoir plus besoin que nous du tuyau d’arrivée d’essence du moteur d’annexe et qu’il s’est servi… sreugneugneu!!! A 6 sur l’annexe à la rame et vu la distance, nous préférons abandonner l’idée de la balade à terre! Nous quittons Preguiça pour rejoindre Tarrafal où nous trouverons peut-être de quoi nous dépanner.

Quelle surprise à la sortie du mouillage d’apercevoir le catamaran Thésée avec nos amis Mitch et Isa que nous avions connus à San Miguel sur Tenerife!

Punta Vemelahana

 

 

 

Nous faisons une petite halte repas-baignade, au sud-ouest de Sao Nicolau, à la Punta VERMELHOSA. Derrière ce cap aride et dénudé,  nous profitons du joli mouillage sauvage  avec une eau bleue turquoise et des beaux fonds poissonneux.

 

 

 

 

Nous regagnons en fin d’après-midi Tarrafal, caitale de l’île. Encore un Tarrafal, nombreux sur le Cap Vert, nom guinéen qui signifie « tamaris ». Petite ville avec ses rues pavées où nous trouvons de petits supermarchés dans la rue principale et marché fruits et légumes sur le port… de quoi compléter l’avitaillement du bord avant de partir sur Santa Luzia.

Au niveau plein d’eau que nous n’avions pas complété à Praia, nous avons pu faire, grâce à Franchi, des aller-retour avec ses bidons.

Le mouillage près du port est bien pratique pour faire les formalités, faire les courses et découvrir Tarrafal. Mais il faut s’assurer que l’ancre soit bien accrochée car les fonds ne sont pas de bonne tenue.

Pour passer la nuit, nous mouillons un peu plus au sud au nord de Punta do Fidalgo, devant une petite plage de sable nichée au pied de falaises  prenant des couleurs flamboyantes au coucher du soleil. Nous nous y arrêterons plusieurs fois et par vent fort, les fonds sont de meilleure tenue.

Avant de quitter Sao Nicolau, nous repartons , juste à quelques milles au sud de Tarrafal, Baia BAIXO DE ROCHA, pour un mouillage superbe, à l’eau bleue turquoise et une petite plage de sable blanc, formant une dune, nichée au milieu de roches basaltiques.

Prochaine escale, la petite île inhabitée de Santa Luzia…

Un petit mot de vous nous fait toujours plaisir...