Préparatifs Taoumé

Classé dans : Carnet 2018, Technique & Travaux | 0

Michel a rejoint Taoumé le 1er janvier à la Marina San Miguel à Tenerife… un mois pour faire les travaux et préparatifs avant le départ pour le Cap Vert et la transat!
Le jour où il devait le sortir à terre, Taoumé n’est pas passé dans la fosse à quelques centimètres près et la sortie avec le travelling est bien compromise. Faut chercher une autre solution, c’est grâce à une grue que Taoumé se baladera dans les airs avant d’être posé délicatement à terre.
Dix jours plus tard,le carénage était terminé, les embases et moteurs révisés. Nous changeons nos hélices tripales, bien pratiques pendant 2 ans, pour les manoeuvres aux Canaries avec du vent contre les hélices Kiwi qui demandent plus d’entretien mais nous permettrons de meilleures performances pendant les longues traversées et de moins forcé sur les embases.

Taoumé a retrouvé son élément… plein de graisse, car la manip à la grue n’était pas simple mais avec une belle sous-marine rouge.

Je rejoins Michel le 20 janvier. Toujours dur le départ… c’est toujours avec le cœur gros que je quitte enfants, petits-enfants et parents. Toujours compliqués à gérer les départs!!!
Dès mon arrivée, les préparatifs pour la traversée vont bien m’occuper et ne me laisseront pas beaucoup de temps pour cogiter.

 

Pendant 15 jours, nous nous agitons pour préparer Taoumé.
Le vent ne cesse pas de souffler ce qui est vraiment fatigant et complique les travaux surtout pour Michel, ponçage, peinture etc… et nous attendons le moment propice pour qu’il monte en haut du mât pour vérification, changement ampoules feux de pont et de hune et surélever la girouette gênée par nos feux de mât.

En attendant, il y a encore bien des travaux à l’intérieur: révision moteurs, vérifiaction gilets et changements cartouches… et des problèmes pas pévus du tout, la résistance du chauffe-eau nous lâche mais nous n’en trouvons une trop puissante (1500 watts) et il se met en sécurité… bon accessoire, on laisse tomber!

Nous avons reçu notre beau gennaker expédié par Vega Voiles et dès que le vent se calme un peu nous le gréons… ouf, cette année, pas de problème!

De mon côté, j’ai terminé les conserves viande et légumes et fais des aller-retour entre les supermarchés et le bateau pour l’avitaillement. Nous apprécions vraiment d’avoir loué une voiture… à chaque voyage, les coffres sont plein à craquer et tout est rangé dans des caisses et répertorié.

 

 

 

 

Surprise de surprise, nous nous réveillons un matin et le Teide est tout enneigé… trop beau vu du bord de l’océan avec son petit chapeau tout blanc.

Nous apprécions des moments-pause, soirées très sympas avec Michel, Isabelle et leur ami Jack qui eux aussi préparent leur Lagoon 380 Thésée pour rejoindre le Cap Vert et ensuite traverser vers les Antilles. Leur ami Jack, un fana de spéléologie de très haut niveau, nous régale de ses aventures dans tous les pays où il est allé se faufiler et se terrer dans des « trous » à explorer… racontées avec une modestie incroyable.

 

 

Hasard des rencontres, nous passons une belle soirée aussi avec les Vosgiens, Jean-Paul et Betty, en vacances à Tenerife et que nous avions rencontrés chez nos amis dans les Vosges.

De surprise en surprise, nous avons un message d’Annie et Franck qui se baladent Tenerife… au moins 10 ans que nous ne sommes pas vus. Nous les avions rencontrés, sur leur bateau à Djerba et revus en Grèce. Nous avions bien des choses à nous dire depuis tout ce temps et un tel plaisir de nous revoir.

 

 

 

 

 

Taoumé est fin prêt…en fait, on n’est jamais tout à fait prêt mais il faut savoir, à un moment dire stop et partir!
Jean-Louis et Léa qui font la traversée avec nous sont arrivés. Ils sont très sympas tous les deux. Cela laisse présager une traversée très agréable. Samedi matin, jour du « mercado » nous faisons le plein de légumes, fruits et produits frais.

 

 

 

 

 

La vengeance de notre vieille annexe
Adossée au mur du chantier toute fière et droite avec un beau panneau « Se Vende », elle attendait son futur propriétaire puisque nous lui avions fait l’insulte d’en choisir une nouvelle et que nous essayons de la vendre depuis 10 mois. Deux jours avant le départ malgré quelques touches, personne ne désirait l’adopter. Nous la ramenons donc au bateau pour l’emmener au Cap Vert avec nous. Rinçage et dégonflage de la nouvelle qui, vu qu’elle n’a pas de fond rigide, fera la traversée sous la table tandis que l’ancienne, un peu fière du mauvais tour qu’elle a joué à sa rivale retrouvera sa place sur le portique arrière. Bref pour Michel une demi-journée de travail qui aurait été consacrée à d’autres préparatifs.
Le lendemain, pendue à l’arrière de Taoumé, elle attire l’œil d’un navigateur de passage et en deux temps deux mouvements là voilà partie naviguer vers d’autres horizons. Pour Michel, aidé de Jean-Louis, il ne reste plus qu’à regonfler la nouvelle et la rependre aux bossoirs.
Heureux d’avoir résolu ce problème, malgré le contre-temps.

La marina de San Miguel nous avait déplu à notre premier passage, implantée près des golfs et des hôtels, centre de vacances… succession d’ immeubles envahissant tout le littoral… bref urbanisme à l’espagnole! Cela ne nous attirait pas vraiment. Il est vrai que dans ce site artificiel, on est bien loin de la vie canarienne. Mais la gentillesse et la disponibilité des marineros et les belles rencontres tant sur le chantier qu’avec les équipages des bateaux se préparant pour la transat nous ont fait changer d’avis.
Le lieu est ce qu’il est mais la marina est bien pratique pour préparer le bateau. La zone de Chafiras pour peu qu’on ai une voiture est idéale pour l’approvisionnement ou le matériel nécessaire pour les travaux. On trouve un beau marché paysan « mercado » qui a lieu le samedi et le dimanche. Les légumes et fruits sont très beaux, bons et tiennent très longtemps…génial pour la traversée.

 

La veille de notre départ, petit geste touchant, l’armateur de Maxi Cat, Manolo grand catamaran utilisé pour l’observation de cétacés, nous apporte un régime de bananes pour la traversée.Il avait sorti son « monstre » pour travaux en même temps que Taoumé et avait sympathisé avec Michel. Vu la quantité et le fait, que bien qu’elles soient vertes, elles vont mûrir toutes ensemble, cela promet des gâteaux à la banane et bananes flambées.

Demain, c’est le DEPART… une page qui se tourne et de nouvelles aventures nous attendent… Cap sur les îles du Cap Vert!

Un petit mot de vous nous fait toujours plaisir...